lundi 28 mai 2012

Michel le Quéré, "de n'être rien on n'a que ça".


Grenouille reçoit Michel le Quéré samedi 2 juin à partir de 16 h
Voici comment se présente lui-même cet artiste sur son site

Je suis  né le 2 octobre 1947 à Saint-Amand-Montrond dans le Cher. Je fus élève à l'Ecole Primaire de Meaulne dans l'Allier, au "Collège" de ma ville natale puis à l'Ecole Normale d'Instituteurs de Lyon.

J'ai été Enseignant de 1969 à 2002 dans le domaine de l'Enfance en difficulté. Je suis un adepte de la Pédagogie Freinet.
J'ai aussi été Membre d'Amnesty International groupe 137 de 1982 à 1995.

J'essaie de ressembler à un Sculpteur depuis 1967. Autodidacte, mes premiers travaux s'inscrivent davantage dans le domaine artisanal. A partir de 1975, des œuvres plus personnelles voient le jour. Ma recherche m'entraîne vers ce que j'appelle la "fusiosculpture", style propre qui se veut traduction de la fusion des lignes, des volumes, des êtres, des sentiments représentés par des formes lisses et arrondies à la limite de l'abstraction, des volumes qui vont progressivement s'épurer pour aller à l'essentiel. Dans les années 90,  je commence à fractionner, séparer, fragmenter, morceler, partager ; à "défusionner". Je me mets par ailleurs à assembler plusieurs matériaux dans une même œuvre.
Les Essais sur l'Education seront le départ d'une nouvelle étape qui va institutionnaliser, codifier et traiter le thème du triptyque, de la relation triangulaire père-mère-enfant. Désormais, mes créations sont presque toujours composées de trois éléments qui tentent de dialoguer et qui parlent des mêmes souffrances, des mêmes ruptures que mes poèmes.
Parallèlement, je ferai passer mon engagement dans la lutte pour le respect des Droits de l'Homme au travers de certaines œuvres militantes ; ces sculptures véhiculant un message aisément perceptible sont parfois utilisées par des enseignants et des associations.
Par ailleurs, passionné par le Moyen Age, je participe à la restauration de bâtiments anciens en copiant d'une façon très personnelle les bas-reliefs et autres statues de cette époque.
Je prends également part à des concours proposés par les Régions, Départements et Municipalités désirant acquérir des œuvres plus ou moins monumentales destinées à l'aménagement de l'espace urbain.

Enfin, je sévis également en tant que soi-disant Poète. Je n'aime pas ce titre, cette appellation. Poète ne peut pas être un " métier ". Je n'ai jamais cessé d'écrire. Depuis le collège, la découverte de l'amour, de l'Autre et de la permanence du malheur. Je suis l'auteur d'une quinzaine de recueils de poèmes ; humbles, souffrants, perdus. Dans lesquels, je l'espère, une très ordinaire existence d'être humain dans son costume d'interrogations. 

J'ose croire que mes sculptures et mes textes forment maintenant un attelage conscient de sa cohérence.
Ma devise, s'il fallait que j'en choisisse une, serait la suivante :

 De n'être rien on n'a que ça.