jeudi 21 février 2013

Soirée "Douceur" le nouveau livre de Jacques Estager, poète et Jean-Luc Messonnier, photographe.

Le samedi 2 mars à 20h
Jean-Luc Meyssonnier et Jacques Estager présenteront le cours du livre "Douceur" (ed. Lanskine) en projection et lecture instantanées, prêts aux questions par exemple sur la façon dont ils l'ont composé (cette aventure-là), et sur le travail du photographe.
es éditions du Chasse, 2011  
je suis bien resté là,
des jours, à la mi chemin de l'horizon belle allongée et coudée là-bas sente de     l'horizon, dès la nuit, sans bruit, entre l'auberge et le jour

d'abord dès la nuit, sans image, moi rêveur des vies
déjà rêveur des chambres aux fenêtres sur les jardins
d'abord pas la nuit des premiers jardins
d'abord pas le jour des premiers jardins,
entre l'auberge et le jour
dans la chambre de Douceur


Jacques Estager "Depuis son premier livre Une pierre sous la rivière, en 1971, Jacques Estager ne déroge jamais à son entreprise qui pourrait être résumé par ceci : « et déjà moi je suis transparent sinon je ne suis pas » Claude Chambard

 Jean-Luc Meysonnier :
"Ce qui m'intéresse dans le paysage, c'est d'en explorer la matière graphique pour en faire ressortir la poésie"

"Depuis plusieurs années, Jean-Luc Meyssonnier explore le paysage. Avec une présence singulière au monde, et une passion inchangée pour le noir et blanc, son souffle de photographe tente de relier la Terre, l'Homme et le Ciel."   


Le Pays d'en Haut
Pour l accompagner dans sa quête, Jean-Luc Meyssonnier s'est entouré de plusieurs auteurs : Hélène Ribot, Jean-Gabriel Cosculluela, Jacques Estager, Gil Jouanard, Hervé Ozil, Pierre Rabhi, Jacques Roux, Jean-Jacques Salgon, Martin de la Soudière, Joël Vernet, avec lesquels il se sent en parenté. Chaque texte ouvre un nouvel horizon avec son propre battement de coeur. Chaque semeur de mots révèle ses emblèmes personnels, des sentiments aigus, des traces de vie cernées d'éclats et de signaux salvateurs. 

C est donc entre images et mots que Le Pays d'en haut s'incarne, qu il livre sa substance, nous arrache à l'ordinaire et nous offre une autre lumière du monde.Quel que soit le thème qu'elles abordent, les photographies de Jean-Luc Meyssonnier emploient le même langage : une somptueuse et rigoureuse dialectique entre l'ombre et la lumière, entre le noir le plus profond et le blanc le plus pur. Entre les deux, les dégradés sont subtils et visent à définir non l'immédiat de l'objet représenté, mais la projection de nos doutes et de nos fantasmes. Tout est visage et tout est pierre, chez Jean-Luc Meyssonnier. Tout est désert et absence, tout est présence aussi : mais c'est à nous de mettre au monde le réel de ces formes silencieuses qui évoquent une sensualité étrangement glaciale. Jacques Roux
lhttp://www.meyssonnier.com

mardi 19 février 2013

samedi 23 février à 20 h 30 
Concert «à tue-tête»
ce duo de chant avec Julien Martin & Claudia Urrutia croise différents styles d’Amérique du Sud et d’Europe pour composer des chansons d’aujourd’hui, en se donnant pour seule tradition celle de la curiosité musicale. Force et fragilité des voix à nu, timbres multiples, paroles joueuses glissant du français à l’espagnol, rythmes agrémentés de percussions corporelles… sont les éléments du voyage.

Soirée précédée d’une auberge espagnole, à 19 h.
http://www.myspace.com/atutet