jeudi 18 octobre 2018

Venez découvrir sans tarder:

L’Arabe du futur 4

25,90€

Ce quatrième tome du succès mondial L’ Arabe du futur couvre les années 1987-1992.
Âgé de neuf ans au début de ce volume, le petit Riad devient adolescent. Une adolescence d’autant plus compliquée qu’il est tiraillé entre ses deux cultures – française et syrienne – et que ses parents ne s’entendent plus. Son père est parti seul travailler en Arabie saoudite et se tourne de plus en plus vers la religion… Sa mère est rentrée en Bretagne avec les enfants, elle ne supporte plus le virage religieux de son mari. C’est alors que la famille au complet doit retourner en Syrie…

Dans le premier tome (1978-1984), le petit Riad était ballotté, de sa naissance à ses six ans, entre la Libye de Kadhafi, la Bretagne de ses grands-parents et la Syrie de Hafez Al-Assad.
Le deuxième tome (1984-1985) racontait sa première année d’école en Syrie.
Le troisième tome (1985-1987) était celui de sa circoncision.
Ce quatrième tome, exceptionnel par son format (288 pages) et par ce qu’il révèle (le coup d’État de son père), est le point d’orgue de la série.
La série L’Arabe du futur est traduite dans 22 langues.

lundi 8 octobre 2018



Conférence et dédicace avec Yannick Gautier pour son livre " De la conscience du souffle à la joie de l’abandon "

Les dialogues et discours prononcés par le Bouddha Gautama n’avaient d’autre dessein que l’éveil de la conscience et sa libération de l’entrave des habitudes mentales et des représentations de la réalité. Ils se sont transmis dans un corpus appelé Dharma qui, au fil des siècles et selon les peuples qui l’ont accueilli, a pris diverses allures jusqu’à revêtir parfois les ornements religieux. Mais, au fond, que propose ce Dharma ? D’abord, il diagnostique un dysfonctionnement mental, cause de notre malaise chronique : la propension à saisir et s’approprier, en vue de satisfactions durables, les phénomènes psychiques et physiques pourtant éphémères. Ce mouvement de saisie et la tension qui l’accompagne sont identifiés comme les fauteurs de troubles…

Yannick Gautier rencontre le Dharma du Bouddha en 1970 à l'occasion d'une conférence donnée à l'ambassade de l'Inde à Paris.
À partir de ce jour, il se consacre pleinement à l'étude et à la pratique de ce Dharma au centre d'étude bouddhique de Gretz sous la conduite de l'Ânagârika Prajnânanda. Devenu lui-même anagârika, « sans foyer », il y reste six ans.
Puis, après un retour à l'état « avec foyer », marié et père de quatre enfants, il suit une carrière professionnelle dans l'Éducation Nationale. Pendant toute cette période, il continue sa recherche adaptée à ces nouvelles conditions.
Arrivé à l'âge de la retraite, dégagé des obligations sociales, il poursuit son chemin, donnant des conférences sur le Dharma.

jeudi 27 septembre 2018



Samedi 06 octobre à 21h :  

spectacle UniversElle 

avec la Compagnie Création Ephémère



1980 au Chili, pendant la dictature. Une femme latino américaine ou Espagnole, a fui son pays pour suivre l’homme de sa vie. Pour des raisons qu’elle va tenter d’expliquer ce soir, elle vit depuis de nombreuses années la clandestinité.



Texte : Filip Forgeau

Mise en scène :  Philippe Flahaut

Elle : Marie des Neiges Flahaut

lundi 27 août 2018

Samedi 15 septembre à 21 heures

clôture de la saison estivale de Grenouille

Place de la Halle avec:

SKY ROAD




Le répertoire puise ses sources dans la tradition irlandaise et s'inspire des représentants les plus fameux de cette musique .

Avec:
Anda Pelëka Martin :  violon, chant, 
Christian Cless  flûtes, bodhran, percussions, 
Philippe Barry : contrebasse , guitare , back vocal, 
Christophe Guillot :   accordéon , back vocal ,
Yves Richard : violon , guitare , chant. 

Entrez dans le subtil univers irlandais et écoutez...« Erin go bragh » ..L'Irlande pour toujours...



mardi 21 août 2018



Samedi 25 août 21h


Place de la Halle

Kiwistar Dj Electro Swing




Reconnu dans le milieu électro swing partout dans le monde, Kiwistar est devenu un des actes majeurs du genre, allant jusqu’à remporter l’Électro swing award du meilleur Dj electro swing du monde en 2011.

En tant que Compositeur, il a produit la track Swing As Fuck, devenu une référence en Electro Swing et playlistée par de nombreux Dj’s partout dans le monde.

Ces tracks en solo ou en coproduction avec de nombreux Artistes comme Flechette ou Red Oak, et ses remixs de Caro Emerald ou Bart & Baker lui ont permis d’acquerir une notoriété Internationale, lui permettant de poser ses platines sur 4 continents.

A travers l’Europe, l’Amérique l’Asie et l’Afrique dans divers clubs et festivals comme Boomtown la Fête de l’Humanité le Sulafest ou le Beats for Love aux cotés d’artistes comme Fat Boy Slim Parov Stelar ou Caravan Palace, Kiwistar dégage une énergie hors du commun sur Scène, faisant de chacun de ses concerts une experience unique et mémorable.



mercredi 8 août 2018

Rencontre et dédicace avec Azelma SIGAUX


Vendredi 10 août 18h

Rencontre et dédicace avec Azelma SIGAUX  
 
pour son roman d’anticipation "Absurditerre"


Dans un futur utopique, les humains vivent dans un monde verdoyant, pacifique, généreux et altruiste. Pour éviter que les erreurs du passé ne se répètent un jour, et afin de préserver cette vie idéale pour l’éternité, un programme scolaire est mis en place. Il s’agit de sensibiliser les élèves aux plus grands échecs de l’Histoire. Ainsi, un professeur va raconter, chapitre après chapitre, qu’il fut un temps où l’argent, la hiérarchie, le pouvoir, la maltraitance animale, la pollution, les frontières et bien d’autres inventions humaines, existaient. A travers les récits de l’enseignant, chaque sujet est poussé à son absurdité. Les enfants vont alors découvrir avec stupeur les passages les plus surréalistes de passé. Mais le futur s’avérera-t-il aussi parfait qu’il n’y paraît ?


Azelma Sigaux est née en 1989 en région parisienne mais c’est désormais dans les paysages montagneux de Haute-Loire qu’elle trouve son inspiration. 

 

mardi 24 juillet 2018


Andréine Bel a suivi un double cursus de formation à la danse et à un art du soin manuel. Danse classique, danse « libre » auprès de François Malkovsky, enfin Kathak sous la direction de Pt Birju Maharaj en Inde. Initiée par Itsuo Tsuda au Seitai japonais, elle a reçu en 1980 le « don » de rebouteux transmis par Étienne Chambonnet au Puy-en-Velay.
Par la suite, elle a mené une carrière de danseuse-chorégraphe et de formatrice d’artistes de scène, notamment à la London School of Contemporary Dance et National School of Drama de New Delhi. Dans la même période elle s’est appliquée à approfondir sa pratique du reboutage en portant l’attention sur l’écoute des sensations et de « l’involontaire ». A partir du Seitai et du reboutage, elle a créé le Yukido, une pratique qu’elle désigne comme « soin domestique ».

A cette occasion Andréine Bel dédicacera ces deux ouvrages sur son approche de la santé et du soin, LE CORPS ACCORDE et SANTE AUTONOME : LA PUISSANCE DU VIVANT

Andréine Bel exerce aujourd’hui dans le Var. Elle anime aussi des ateliers de « Danse forum » et une rencontre mensuelle « Festins poétiques » au cœur du village des Mayons.

 

vendredi 6 juillet 2018


Vendredi 20 juillet 21h

place de la Halle

 
Concert HOP HOP HOP CREW




Ne vous attendez pas à trouver, avec HOP HOP CREW, de la musique Balkanique traditionnelle :

ces musiciens ont résolument pris le parti de jouer cette musique à leur sauce, avec toutes les influences des musiques actuelles, n’en déplaise aux puristes.

A côté de ces reprises, le groupe a également initié une démarche de compositions, afin d’affirmer une identité propre.

Des voix énergiques, un accordéon sensuel, une clarinette langoureuse, un saxophone suave et une guitare virtuose, soutenus par une basse et une batterie survoltées : le HOP HOP CREW a la réputation d’enchanter son public à chacun de ses concerts, et n’attend que vous pour continuer l’aventure !







lundi 18 juin 2018



Samedi 30 juin

ouverture de la saison estivale de Grenouille !

19h

Concert des Membracides

Les membracides sont des insectes étranges, qui développent des formes magnifiques qui semblent ne servir à rien... Et pourtant, dame Nature, dans sa fantaisie créatrice, nous offre ces bêtes curieuses.

Six autres bêtes curieuses ont laissé libre cours à leur imagination et offrent une musique originale, optimiste, où les atmosphères se partagent entre mélodies et improvisations aux inspirations métissées.

21h

Concert RAFFU, chanson festive nomade

"RAFFU" se traduit aujourd’hui par une énergie débordante et positive à partager du groupe : de la chanson(s) nomade où une musique festive métisse laisse place à des textes ciselés évoquant avec un brin d'innocence et d'humour, la dérision d'un monde fou, le nôtre !

mercredi 6 juin 2018


Regards critiques sur les pratiques médicales en vers les femmes et chemins de libération…

Comment le contrôle de leur corps et la médicalisation des cycles de vie s'inscrivent dans une longue histoire de dépossession des femmes de leurs savoirs et compétences ? Comment se réapproprier ces savoirs et créer et ré-inventer une nouvelle culture de transmission en matière de santé entre femmes ? Comment transformer les rapports de pouvoir qui s’invitent dans les relations soignant.e.s./soigné.e.s ?
Commet rendre la pratique médicale participative ?

Catherine Markstein, médecin depuis 1980, fondatrice et coordinatrice de l’ASBL Femmes et Santé depuis 2005, formée en conférence gesticulée par Le scop l’orage de Grenoble, en 2016.


jeudi 17 mai 2018

L'exposition du mois!


Exposition de Catherine DAVID

Correspondante de presse, romancière et poète, Catherine David expose pour la première fois à Grenouille une série de photographies prises au hasard de ses pérégrinations dans les brocantes, les vide-greniers, les bourses aux jouets… 
Baptisée « Objets inanimés... », cette exposition propose aux regards des images de poupées, ou objets dits « anthropomorphes », dont les diverses apparitions nous interrogent sur la fragilité de notre propre condition humaine et sur une société de consommation qui recale sans état d’âme les objets que le vert paradis de l’enfance avait choisis entre tous.



Objets inanimés…

Les poupées sont des objets singuliers. Tout d'abord parce que, contrairement aux autres objets, elles ont un regard, ou une sorte de regard qui leur confère une présence au monde. Si l’apparition de la vie a le pouvoir d’intensifier l’univers à l'endroit même où cette apparition se produit, la présence de l’objet anthropomorphe (qui a forme humaine) intensifie à sa manière l’espace. Il habite l’espace par le jeu du regard, mais aussi par la position du corps, par un geste, une certaine attitude qui nous renvoient à nos propres manières d’être au monde.

Ces objets singuliers, chargés d’une « inquiétante étrangeté » selon l’expression freudienne, habitent notre salon, notre jardin, et plus communément la chambre de l’enfant. Cette chambre, la poupée l’occupe d’une manière doublement singulière puisque l’enfant place en elle une part plus ou moins grande de son affection, de son amour. La poupée fait l’objet d’une attention particulière et sa matière inanimée puise dans ces sentiments enfantins si simples, si neufs, quelque chose d’une vibration, à l’image de ces statues de dieux hindous auxquelles on insuffle la vie lors d’une cérémonie rituelle, ou des images des dieux d’Égypte que les dieux réels habitaient pour de bon au plus sombre des temples, et qu’il fallait pour cette raison nourrir, habiller et parfumer quotidiennement comme des êtres de chair.

Or ces poupées saisies au détour de vide-greniers, de brocantes, de bourses aux jouets, sont des objets qui furent délaissés, abandonnés. Un beau jour, l’enfant n’a plus posé sur elles de regards tendres, de mains attentionnées. Et elles sont mortes de cet abandon, de cet oubli. Elles ont perdu « Le petit prince » qui les avait apprivoisées, comme le renard dans le conte de Saint-Exupéry. L’abandon de la poupée, c’est la magie de l’enfance qui s’envole.

Ces poupées semblent vouloir nous confier à l’oreille leur histoire, ayant de fait un passé plus riche, plus tourmenté que les objets à côté desquels elles patientent ; elles semblent nous appeler, nous retenir. Quelque chose demeure emprisonné dans l’épaisseur de leur matière, dans l’éclat voilé et souvent triste du regard.

Certaines images nous parlent aussi de notre société de consommation qui destine au rebut jusqu’aux objets qui nous furent les plus chers, jetant au néant, dans le même élan cynique, les verts paradis de l’enfance. Ils sortent des chaînes de fabrication industrielle pour rejoindre les rayons de la grande distribution, puis les mains de l’enfant, puis le trottoir des vide- greniers. Une vie en somme, presqu’un destin, une fragilité qui, bien sûr, nous renvoient à notre propre fragilité, à notre propre vie.

Les bébés en peluches des fêtes foraines de Saint Gal n’ont pas encore connu l’amour. Ils n’ont pas encore rencontré leur Petit Prince. Mais qui ne lirait dans leur regard la peur, une certaine appréhension de ce qui les attend au dehors, lorsque le grappin les aura saisis pour les expédier dans l’autre monde, dans notre monde ? Virgile a écrit dans l’Enéide « Il y a des larmes dans les choses ». Il y a des larmes dans ces objets inanimés, dans ces natures mortes presque vivantes, dans ces images silencieuses qui ont tant de choses à nous dire. 

Catherine DAVID
 

mardi 8 mai 2018

Samedi 12 mai à 21h 

Concert Hoxy More
 
 
 
 
 
Elle caresse de ses chaussettes sa pédale de loop, fait glisser ses dix doigts sur sa guitare folk et son clavier, et se laisse envahir par les vibrations de sa voix pour délivrer, seule sur scène, ses compositions.
Son timbre est clair et léger, sa puissance vocale maîtrisée. Avec son écriture mélancolique, elle nous raconte l'amour foireux et rarement chanceux, la quête du bonheur, la poursuite de ses rêves et la force de l'espoir. Ces performances live sont authentiques, et son humour, tout en finesse. De quoi se laisser envoûter et emporter par son univers bienveillant. 

Hoxy More a été la première partie de Johnny Hallyday en Juillet 2015 au stade de Bram (71), et gagna le tremplin 100% femmes organisé par Offprod en octobre 2017. 
 
Participation libre.
 
 

jeudi 26 avril 2018




Le duo FREEDOM STREAM est né de la rencontre de deux musiciens, Jacques Perrot et Renaud Gillet, dont les feux intérieurs brillent de tous les univers et planètes musicales qu'ils ont abordés et explorés.
Au travers de compositions et d'improvisations, ils partagent avec le public l'énergie, l'émotion et la sensibilité aussi bien du classique que du rock, du blues, du swing, du jazz ou des musiques du monde.


Soyez tous les bienvenues pour un voyage musical riche et intense en plaisirs et émotions.



lundi 2 avril 2018

Spectacle « La voix est libre, et vous? »

Je chante, je me chante, je chante mon corps et mes mots, mon souffle et mes embuscades.
Vous venez m’écouter avec les yeux, les pieds, les oreilles, peut-être ?

L’instrument que je suis chantera pour vous.
De questions en poèmes en chansons en improvisations, nous créerons le silence, l’espace tendu sur le temps. Une histoire de connivence.

Parce que le travail d’une voix dure toute une vie
Parce que le mien tourne autour de la fluidité, d’une certaine notion de liberté
Parce que je le partage dans de nombreux cours ou stages
Je voudrais vous emmener visiter, vous mener par la paume, vous perdre, un peu, peut-être, rien ne sera sûr, ne vous rassurerai donc pas.

Vous pouvez visiter le site du spectacle que vous ne verrez pas parce qu’il se transforme et se déguise : http://ceciles.wixsite.com/cecile-sternisa

Mais Chut ! La voix est libre, allons-y !